Croix occitane
firise historique
 
trait

Ch. BOSCHET ©
Mars 2006

Histoire du Languedoc
Accueil
Accueil Mirepeïsset
trait
La préhistoire
Ligures et Ibères
Les Gaulois
La période Romaine
Les wisigoths
la Gothie et les carolingiens
les siècles obscurs
Naissance de
l'Occitanie
La croisade des Albigeois
la guerre de 100 ans
de La Renaissance à la Révolution
de la Révolution à la Belle Époque
La révolte du Midi
de 1907
le XXe siècle
et les guerres
les Temps modernes
 
Chronologie
Liste des Rois
et des Comtes
quelques idées reçues...

En grisé : rubrique non encore renseignée
Histoire de Mirepeisset et de sa région

Les siècles obscurs (823 à l'an Mil)

Toute la belle organisation de l'Empire de Charlemagne ne va pas durer très longtemps : ses descendants Louis le Pieux, puis Charles le Chauve à qui échoit, au partage de Verdun de 843, toute la partie occidentale de l'Empire (Francie)seront incapables d'empêcher le morcellement de l'empire en Comtés et Vicomtés.


Partage de l'Empire de Charlemagne

(2) La Septimanie
dans le Royaume Franc en 900
La désintégration de l'Empire commencé au IXe siècle s'accentue au Xe, en particulier dans le Sud. Elle est accélérée par les raids des pirates Normands et Sarrasins. Ces raids impliquent souvent l'abandon des villages en rase campagne ou trop proches de la mer : il n'y a plus aucune ville importante en bord de mer entre Barcelonne et Marseille.
Charles le Chauve, roi de Francie de 823 à 877 essaie d'enrayer le mouvement de dans la transmission héréditaires des titres, en particulier pour les comtes. Sans armée, et confronté à la volonté des comtes, il n'y parviendra pas. On a donné à ce nouveau système le nom de féodalité.
Pendant 2 siècles, on assiste à une série de manoeuvres sans fin entre Toulousains et Aquitains, où le roi de Francie (partie occidentale de l'Empire) ou de Lotharingie (partie médiane s'étendant des Pays Bas à la Provence et l'Italie) ne jouent plus qu'un rôle mineur. Les successeurs de Charles le Chauve finissent par ne même plus se donner la peine d'éditer des chartes concernant le midi, et ne s'y rendent plus.

L'avènement d'Hugues Capet en 987 ne change pas fondamentalement la donne, au contraire : le IXe siècle avait vu l'éclatement de l'Empire en Comtés, le Xe voit l'éclatement des Comtés en Vicomtés... Ce morcellement est encore plus accentué dans le Sud que dans le nord, plus proche du Roi, et chaque notable, chaque abbé, se sent pratiquement indépendant de toute autorité. De véritables seigneureries écclésiastiques se constituent.

Les villes se dépeuplent et une petite partie seulement de leur surface à l'époque romaine est habitée. L'exemple est particulièrement édifiant pour la ville de Narbonne (photo ci-contre) : sa surface habitée a été divisée par 10 et elle ne s'est jamais remise des occupations successives des Wisigoths, puis des Francs et des Sarrazins.
Tout ce qui avait fait le charme des villes antiques avait, à cette époque, complètement disparu, et seule une faible population vivait dans l'entourage du comte, du vicomte ou de l'archevêque.

Narbonne

On ne sait pas grand chose de ces siècles difficiles : le nombre de documents écrits qui nous soit parvenu est infime. Seul l'Église essaie de maintenir un semblant d'organisation et d'unité. Des chapelles et des églises se construisent au rythme de l'accroissement démographique et de nouvelles abbayes sont créées. Pourtant peu de nouvelles terres incultes sont colonisées et les zones habitées deviennent surpeuplées. Les propriétaires et potentats locaux se font construire des châteaux, ajoûtant encore à la misère locale.

Le principal Pouvoir Régional devient le Comté de Catalogne qui s'étend au Nord (Roussillon actuel) et au Sud (Catalogne et Aragon) des Pyrénées. Si bien que certains nobles de Gothie ne savent plus très bien de quel suzerain ils dépendent (ce qui ne doit pas les empêcher de dormir...). C'est également le cas des Comtes de Toulouse qui, depuis 918 ont mis la main sur le "Marquisat de Gothie" et qui se considèrent complètement indépendant du Roi des Francs.
Bientôt, aussi bien la Catalogne que le Comté de Toulouse se sentiront totalement séparés du royaume Franc.

Dès les premières décennies suivant l'an Mil, la vie quotidienne commence à changer et la civilisation occitane s'épanouit.


(4) L'Europe en l'an Mil

Il semble que la 1ère mention que l'on ait du village de Mirepeïsset date de 924 ou 934, sous le nom de Castrum-Mirapeissum. Le village appartenait alors aux abbés de Montolieu, dont il est dit qu'ils possédaient un domaine recouvrant partiellement le territoire de la commune et nommé "Aqueductus" (vraisemblablement en souvenir de l'aqueduc romain).