Croix occitane
firise historique
 
trait

Ch. BOSCHET ©
Mars 2006

Histoire du Languedoc
Accueil
Accueil Mirepeïsset
trait
La préhistoire
Ligures et Ibères
Les Gaulois
La période Romaine
Les wisigoths
la Gothie et les carolingiens
les siècles obscurs
Naissance de
l'Occitanie
La croisade des Albigeois
la guerre de 100 ans
de La Renaissance à la Révolution
de la Révolution à la Belle Époque
La révolte du Midi
de 1907
le XXe siècle
et les guerres
les Temps modernes
 
Chronologie
Liste des Rois
et des Comtes
quelques idées reçues...

En grisé : rubrique non encore renseignée
Histoire de Mirepeisset et de sa région

La Gothie et les Carolingiens (759 à 821)

La Septimanie est, à partir de 759, intégrée dans le royaume des Francs. En tant que Comté, elle est intégrée à la "Marche d'Aquitaine", chargée de barrer le chemein aux incursions arabes. En 783, une armée aquitaine franchit les Pyrénées et, profitant de troubles dans l'Espagne musulmane, s'empare de plusieurs villes de Catalogne.
En 790, des troupes parviennent jusqu'aux environs de Barcelonne. C'est le début de la "Reconquête" qui s'achèvera en 1492 par la prise de Grenade par les Rois Catholiques. Une contre-attaque musulmane échoue à la bataille de Villedaigne en 793 : ce sera la dernière importante invasion arabe en provenance du Sud des Pyrénées. La Reconquête continue : l'Espagne est reprise jusqu'à l'Ebre, ce qui marque la naissance de la Catalogne. Pourtant, après ces 10 années de guerre et le passages des armées Franques et Musulmanes dans les 2 sens, le pays est détruit aussi bien au nord qu'au sud des Pyrénées. Une vigoureuse politique de re-peuplement est menée par les Comtes : des terres sont donnés aux nouveaux arrivants contre l'obligation de service armé pendant 30 ans en cas de nécessité ("droit d'aprision"). Des Goths d'Espagne viennent s'installer en Septimanie et en Catalogne. Ils amènent avec eux des manuscrits et des documents rescapés de l'invasion arabe et contribuent peut-être à la diffusion de la culture et la civilisation arabe, alors en pleine expansion.

En 772, Charlemagne finit de récupérer les territoires légués par Pépin le Bref à son autre fils, Carloman qui vient de mourir ; il devient le seul maître du royaume des Francs. En l'an 800, il fonde l'Empire d'Occident sur le modèle de l'Empire Romain disparu depuis 3 siècles. Sa poigne de fer, sa volonté de progrès et d'éducation et la sécurité relative qui règne à l'intérieur de les frontières de l'Empire amèneront pendant une courte période, ce que l'on a appelé la Renaissance Carolingienne. Sous son règne, le renouveau de la vie intellectuelle et de prospérité de la Septimanie lui permet de contribuer de manière essentielle à cette Renaissance. Les cadres, les dirigeants, les ministres, les intellectuels de l'Empire de Charlemagne sont souvent des Goths ou des notables de Septimanie : c'est le début d'une longue tradition qui fait que les élites du Sud vont souvent se rallier à un Pouvoir étranger lorsque le Pouvoir n'est plus sur place...

L'Empire de Charlemagne au IXe siècle

Le Comté lui-même a encore de nombreux lettrés Goths et gallo-romains parfois appelés dans les cours Franques. Le plus célèbre est Benoît d'Aniane (de son vrai nom Vitiza) qui a laissé une abondante littérature.

L'organisation de l'Empire de Charlemagne au IXe siècle est à la base de tout le système féodal qui perdurera jusqu'à la Révolution, c'est à dire presque un millénaire ! Les agents du Gouvernement sont des Comtes, des Vicomtes, des Marquis (responsables des Marches d'Espagne, de Bretagne, etc.). Ces fonctions se rajoutent à celles, prééxistantes, de Duc (du latin dux : chef) et de Prince. A cette époque, leur pouvoir n'est pas héréditaire, et ils sont révocables à tout moment, surtout s'ils n'ont pas accompli la "Mission" qui leur était confiée ! Par contre, il n'y a pas de volonté du pouvoir central d'uniformisation législative : les droits romain, francs et wisigothique restent en vigueur en Septimanie et chacun est jugé selon son appartenance. Les particularismes religieux sont tolérés et les notables locaux restent en place. En somme, l'assimilation n'est pas complète et le Pouvoir Franc reste un vernis. La distance de Narbonne à Aix-la-Chapelle, capitale de l'Empire joue aussi un grand rôle dans la difficulté de controle du pays : il faut presque un mois pour qu'un ordre de l'empereur parvienne en Septimanie, et qu'une réponse lui revienne.

Charlemagne (statue du XVe)

Pendant ce temps, la population s'accroît sensiblement, mais l'espérance de vie moyenne ne dépasse guère 30 ans et près de 45 % des enfants n'atteignent pas l'âge de 5 ans. La quasi-totalité de cette population, qu'il faut imaginer groupée en hameaux isolés les uns des autres par de vastes étendues laissées à l'abandon, vit essentiellement des richesses issues de la terre.

A la mort de Charlemagne en 814, son fils Louis (dit "le Pieux") est nommé empereur. Il continue l'oeuvre de son père pendant quelques années. A partir de 821, l'Empire sombre dans une déliquescence due à son manque de caractère, aux rivalités de palais et aux ambitions des Comtes.