Croix occitane
firise historique
 
trait

Ch. BOSCHET ©
Mars 2006

Histoire du Languedoc
Accueil
Accueil Mirepeïsset
trait
La préhistoire
Ligures et Ibères
Les Gaulois
La période Romaine
Les wisigoths
la Gothie et les carolingiens
les siècles obscurs
Naissance de
l'Occitanie
La croisade des Albigeois
la guerre de 100 ans
de La Renaissance à la Révolution
de la Révolution à la Belle Époque
La révolte du Midi
de 1907
le XXe siècle
et les guerres
les Temps modernes
 
Chronologie
Liste des Rois
et des Comtes
quelques idées reçues...

En grisé : rubrique non encore renseignée
Histoire de Mirepeisset et de sa région

Les Wisigoths (412 à 759 ap JC)

En 375 ap JC se produit un évènement qui va marquer l'Histoire : les Huns, un peuple belliqueux de l'Oural, se met en quête de terres et de rapines. Cette migration entrâine celle de nombreuses peuplades germaniques et autres telles que les Goths, chassés de leurs terres et terrorisés par les envahisseurs : ils s'enfuient vers les frontières de l'Empire Romain d'Occident.

Les Wisigoths sont originaires du Dannemark et du sud de la Suède. Après avoir erré de Pologne en Thrace (Bulgarie), ils s'installent sur la frontière de l'Empire et lui demandent asile. Ils l'obtiennent en devenant "peuple fédéré", ce qui les amène à devenir les auxiliaires de l'armée romaine et à garder les frontières pour son compte. A la suite de persécutions et de promesses non tenues, encouragés par la déliquescence du pouvoir central, leur chef Alaric les entraîne dans une errance de plusieurs dizaines d'années à travers l'empire romain. Cette errance les emmène jusqu'en Toscane et devant les murs de Rome. Par 2 fois, la Ville devra acheter la complaisance des barbares pour qu'ils lèvent leur siège. La 3e fois, en 410 ap JC, la Ville est prise et mise à sac. C'est le début de la fin de la prépondérence Romaine en Occident. Pour se débarasser d'eux, l'empereur Honorius détourne les Wisigoths par la Via Domitia vers la Narbonaise et l'Espagne.

En 412, ils prennent Narbonne mais en sont rapidement chassés par une révolte romaine locale. Pourtant en 418, ils reçoivent de l'Empereur l'autorisation de s'installer en Aquitaine, puis en Espagne avec Toulouse comme capitale. Ils deviennent la principale force militaire de l'Empire et prêtent main forte à l'empereur à la bataille décisive des Champs Catalauniques contre les Huns en 451.
En 462, ils prennent de nouveau Narbonne et la Narbonnaise qu'ils rebaptisent Septimanie (du nom des sept évêchés de la Province). A la fin du Ve siècle, le royaume Wisigoth s'étend de Tours à Gibraltar sur la plus grande partie de l'Espagne, et de Nice à l'Atlantique. C'est sa plus grande extension et sa capitale est Toulouse.

Royaume Wisigoth
au VIe siècle

La vie quotidienne des habitants du Royaume dépend de leur origine : les Wisigoths sont régis par le droit germanique et les gallo-romains par le droit romain. le Roi ne commande qu'à ses sujets et le pouvoir reste aux mains de l'aristocratie gallo-romaine.

Pourtant ce royaume est éphémère : les romains et les autres peuples barbares, en particulier les Francs, sont catholiques ; les Wisigoths sont ariens (une branche "hérétique" de la chrétienté), ce qui leur sera fatal. En effet, à la suite d'une série de maladresses du pouvoir royale, l'épiscopat prend le parti de leurs ennemis catholiques. La défaite de Vouillé en 507, bataille entre les Francs catholiques menés par Clovis et une alliance entre Gaulois et Wisigoths menés par Alaric II, provoque la fin du royaume Wisigoth en Gaule.

Retour en haut de page

Cependant la fidélité de la Septimanie envers les Wisigoths fût remarquable ; la capitale du Royaume est transférée à Narbonne. Aprés Vouillé, Clovis, maître de Toulouse, échoue devant Carcassonne. Avec l'aide de Théodoric, roi des Ostrogoths et maître de l'Italie, les Wisigoths réussissent à conserver la Septimanie. Mais ce n'est plus qu'une province périphérique du royaume Wisigoth, maintenant installé dans toute la péninsule espagnole.
Narbonne perd son rang de capitale provisoire au profit de Barcelonne, puis de Mérida et enfin de Tolède.

Royaume Wisigoth
au VIIe siècle

Les Wisigoths parviennent à conserver la Septimanie malgré les raids incessants des Francs pendant plus de 2 siècles et demi, en dépit de plusieurs révoltes quelquefois soutenues par les rois Francs.

Dans le même temps, en Espagne, le Royaume Wisigoth s'organise peu à peu en nation, malgré les complots incessants des nobles, les assassinats politiques et la dureté des lois en particulier contre les Juifs. Un dernier complot d'aristocrates ayant demandé de l'aide des Musulmans du Maroc pour lutter contre le roi Rodrigue leur sera fatal. Il semble d'ailleurs que la population, en grande majorité d'origine Ibère, excédée par les exactions des nobles soutenus par la hiérarchie catholique et par la violence du gouvernement Wisigoth, ne se soit guère mobilisée pour défendre son Roi. Après la défaite de Guadalete, où le roi est tué, la capitale, Tolède est prise sans combat.


Monnaie de Récarède, roi Wisigoth du VIe s

Arc outrepassé (exemple : St Michel de Cuxa)

L'art de
l'orfèvrerie Wisigothique

Royaume Wisigoth
au VIIIe siècle avant la conquête arabe

Même après l'effondrement final du royaume en Espagne de 711 à 714, la Septimanie n'est pas entièrement occupée par les envahissurs arabes. A partir de 714, il semble que le pouvoir se partage entre les musulmans, maîtres des villes (et entre autres, de Narbonne où ils resteront 40 ans), des grandes voies de communication et de la mer, et les restes du pouvoir Wisigoth et gallo-romain, maîtres de l'arrière pays. Quoiqu'il en soit, c'est une période de l'Histoire dont on ne sait que peu de choses, où les raids des musulmans d'Espagne et des Francs d'Aquitaine, avec maints revirements d'alliance, sont fréquents. D'ailleurs, les alliances entre chrétiens de Septimanie et musulmans ne sont pas rares, les Francs étant considérés par la population locale comme beaucoup plus dangereux. Malgré leur défaite à Poitiers, les musulmans resteront plusieurs décennies dans le sud de la Gaule. Toutefois, les ravages de la guerre et surtout le passage des armées franques laissent le pays dévasté. A partir de 751, Pépin le Bref (le père de Charlemagne) qui vient de se faire élire roi des francs, reprend les hostilités et met le siège devant Narbonne : il durera 7 ans. Enfin, à la suite d'un accord entre Francs et Wisigoths, qui massacrent la garnison musulmane de Narbonne, le très diplomate et rusé Milon, dernier roi Wisigoth se rallie à la couronne franque : il devient le 1er comte Carolingien de Narbonne. Il le restera jusqu'à sa mort en 790.
En 759, c'est la fin du royaume Wisigoth et de la Septimanie indépendante, rattachée au royaume Franc.

Les Goths n'étaient pas des bâtisseurs mais avant tout des nomades ; ils n'ont jamais été très nombreux et n'ont représenté qu'un faible pourcentage de la population des territoires qu'ils occupaient. Aussi ne reste t'il presque aucune trace de leur passage, si ce n'est de belles pièces d'orfèvrerie, l'architecture des arcs outrepassés et quelques noms de lieux restés jusqu'à notre époque.

Un très bel autel "wisigothique" est visible dans l'église de Colombiers,
près de Capestang

Autel Wisigothique de Colombiers