Croix occitane
firise historique
 
trait

Ch. BOSCHET ©
Mars 2006

Histoire du Languedoc
Accueil
Accueil Mirepeïsset
trait
La préhistoire
Ligures et Ibères
Les Gaulois
La période Romaine
Les wisigoths
la Gothie et les carolingiens
les siècles obscurs
Naissance de
l'Occitanie
La croisade des Albigeois
la guerre de 100 ans
de La Renaissance à la Révolution
de la Révolution à la Belle Époque
La révolte du Midi
de 1907
le XXe siècle
et les guerres
les Temps modernes
 
Chronologie
Liste des Rois
et des Comtes
quelques idées reçues...

En grisé : rubrique non encore renseignée
Histoire de Mirepeisset et de sa région

Les Volques (-300 à -120 av JC)

Les Elisyques subissent au IIIe siècle, l'invasion gauloise redoutable des Volques qui se traduit par la destruction de Montlaurès et Ensérune, l'abandon de Pech-Maho et du site de Peyriac et la disparition de ce peuple en tant que royaume autonome. Pourtant leur domination ne porta pas ombrage au commerce et à la prospérité de Naro, leur capitale, dont le site s'est perdu et que l'on ne sait pas situer exactement. Cette ville reste un centre de transit de plus en plus actif et florissant. La vitalité du port, dont il serait juste de dire qu’il devient le port de la Celtique tout entière, tant il surpasse les autres par le nombre des entreprises auxquelles il sert de place de commerce, est confirmée par un récit rapporté par le géographe romain Strabon, témoignant qu'au milieu du IIe siècle av.J.C. :
" Montlaurès-Naro était l'une des plus importantes villes marchandes de la Gaule"

A cette époque, le pays est fortement héllénisée, de par l'influence des colonies grecques de Marseille, Nice, Hyères, Agde et Ampurias, ainsi que par la vitalité du commerce avec la Grèce. Des agents grecs, les "Métaboloi" séjournaient à l'année dans les villages indigènes, où ils jouaient le rôle de courtiers et d'interprètes. Pourtant, et à la différence des Romains, les grecs n'ont jamais colonisé le pays, se contentant de comptoirs et de quelques cités, et pratiquant le commerce.
En -218, le pays voit passer les troupes d'Hanibal, auxquelles se joignent des troupes de mercenaires gaulois. Marseille est l'alliée de Rome, et l'armée Carthaginoise doit éviter cette région pour traverser les Alpes plus au Nord.
Le peuple Volque se compose de deux peuples gaulois cousins. Dans la région de Nîmes : les Volques Arécomiques ; plus à l'ouest, entre Narbonne et Toulouse, les Volques Tectosages. Ce sont ces derniers qui occupent la région de Narbonne.
La capitale des Arécomiques est Nîmes. Elle est bien inférieure à Naro sous le rapport de sa population étrangère et de son mouvement commercial, mais elle l’emporte sur elle sur le plan politique.
La capitale des tectosages est Toulouse, ou plus exactement Vieille-Toulouse, située sur une colline dominant la plaine de la Garonne et la ville actuelle. Dans la région de Narbonne, ils ont laissé peu de vestiges originaux.et se sont mélangés rapidement avec la population locale (on parle de "Celtes-Ibères"). Leur confédération ne sera pas en mesure de tenir tête à l'invasion romaine quelques années plus tard.

Casque gaulois découvert à Montlaurès

Tout porte à croire que la vitalité de Naro, ancêtre de la ville de Narbonne ne fut pas étrangère à la décision du sénat romain d'y créer une colonie pour contrôler le trafic commercial...

Ainsi, contrairement à une idée largement répandue, les Gaulois n'auront finalement dominé cette partie de la Gaule que pendant 180 ans.